Le point sur la COVID-19

À Tourisme Ottawa, la santé et la sécurité de notre communauté et de nos visiteurs est notre priorité absolue. Consultez notre page Visiter Ottawa en toute sécurité pour les renseignements actuels.

National War Memorial, Remembrance Day

Où rendre hommage aux militaires canadiens à Ottawa

Ottawa compte de nombreux endroits où il est possible de rendre hommage aux Forces armées canadiennes tout au long de l’année, et pas seulement le jour du Souvenir (11 novembre). Lorsque vous visitez la capitale du Canada, accordez-vous un moment de réflexion à certains de ces endroits, en particulier en 2020, année qui marque le 75e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale. La majorité de ces lieux sont situés au centre-ville d’Ottawa, et quelques-uns, juste à l’extérieur.

PLACE DE LA CONFÉDÉRATION

Ce lieu cérémoniel est entouré de certaines des attractions les plus connues d’Ottawa, notamment la Colline du Parlement, le canal Rideau, le Fairmont Château Laurier et le Centre national des Arts.

Monument commémoratif de guerre du Canada

Sans doute le monument militaire le plus connu de la ville, le Monument commémoratif de guerre du Canada domine la Place de la Confédération, immédiatement au sud-est de la Colline du Parlement. Le roi George VI et la reine Elizabeth l’ont inauguré en mai 1939. Initialement construit pour honorer les Canadiens morts pendant la Première Guerre mondiale, il commémore aujourd’hui tous les soldats qui ont donné leur vie pour le Canada.

Sous l’arche de pierre caractéristique, vous verrez 22 figures en bronze conçues par l’artiste britannique Vernon March et représentant divers rôles militaires, notamment ceux d’infirmier, d’aviateur, de marin et de membre de l’infanterie. En 2000, la dépouille d’un soldat inconnu de la Première Guerre mondiale a été exhumée d’un cimetière militaire français et enterrée sous le monument commémoratif pour créer la tombe du Soldat inconnu.

Plusieurs événements commémoratifs y sont organisés, dont la Cérémonie nationale du jour du Souvenir, le 11 novembre. De plus, des sentinelles des Forces armées canadiennes montent la garde à la tombe du Soldat inconnu tous les jours, du printemps à l’automne. (En 2020, certains événements, dont le jour du Souvenir, se déroulent de façon virtuelle.)

Conseil : Il est particulièrement émouvant de visiter le monument commémoratif au crépuscule, lorsque le soleil se couche derrière la Tour de la Paix en arrière-plan.

Monument aux Valeureux

À la limite est de la Place de la Confédération, cinq statues et neuf bustes commémorent 14 femmes et hommes qui ont joué un rôle essentiel dans le passé militaire du Canada. Marlene Hilton Moore et John McEwen ont créé le monument commémoratif, qui a été installé en 2006.

L’installation reconnaît l’apport à la fois de héros méconnus et de personnages connus depuis longtemps. Parmi ces derniers figurent Thayendanegea (Joseph Brant), un guerrier mohawk qui a combattu pour les Britanniques pendant la Révolution américaine et s’est ensuite installé au Canada; Laura Secord, qui a averti les Britanniques d’une attaque américaine imminente pendant la guerre de 1812; et le général Sir Arthur Currie, qui a aidé à planifier l’assaut victorieux du Canada sur la crête de Vimy pendant la Première Guerre mondiale.

Conseil : Prenez les escaliers qui mènent à la rive ouest du canal Rideau en contre-bas. De là, vous pouvez vous rendre à pied au Musée Bytown, à la rivière des Outaouais et au Centre national des Arts.

LA COLLINE DU PARLEMENT

Triompher grâce à la diversité : Monument de la guerre de 1812

La sculptrice torontoise Adrienne Alison a créé cette sculpture évoquant la guerre de 1812. L’œuvre a été dévoilée en 2014 pour marquer le 200e anniversaire de la fin du conflit. Elle occupe une place de choix sur la Colline du Parlement, en face du Monument commémoratif de guerre du Canada. Ses sept figures de bronze symbolisent la grande diversité de personnes qui ont uni leurs efforts pour défendre le Canada pendant la guerre. Parmi eux, on trouve un guerrier métis, un marin de la Marine royale, un milicien et une femme qui panse une blessure. L’édifice de l’Est du Parlement offre une sobre toile de fond au Monument.

La Tour de la Paix

La plupart des Canadiens savent reconnaître la Tour de la Paix, le point d’attraction de l’édifice du Centre sur la Colline du Parlement. Bien des gens ignorent toutefois qu’il s’agit d’un hommage aux hommes et aux femmes qui sont morts au service du Canada. La tour de 98 mètres de hauteur a été inaugurée en grande pompe le 1er juillet 1927.

À l’intérieur, la Chapelle du Souvenir est dédiée aux Canadiens et aux Canadiennes tombés au combat. En temps normal, les Livres du Souvenir contenant le nom de tous les Canadiens morts en service sont placés sur les autels de pierre à l’intérieur de la Chapelle. Toutefois, en raison de la rénovation de l’édifice du Centre, la Chapelle du Souvenir est actuellement fermée au public. Pendant la durée des travaux, les Livres du Souvenir sont donc exposés dans la salle du Souvenir de l’édifice de l’Ouest du Parlement. Cependant, toutes les visites publiques de la Colline du Parlement sont actuellement suspendues en raison de la COVID-19. Le Mémorial virtuel de guerre du Canada permet de rechercher en ligne les noms des soldats tombés au combat qui figurent dans les Livres du Souvenir.

PARC DE LA CONFÉDÉRATION

À quelques pâtés de maisons au sud de la Colline du Parlement, le parc de la Confédération, un parc public accueillant et ombragé, vous attend.

Monument national aux anciens combattants autochtones

On estime que 12 000 Canadiens autochtones ont servi pendant la Première Guerre mondiale, la Seconde Guerre mondiale et la guerre de Corée, et ce monument souligne leurs sacrifices. Sculpté par Lloyd Pinay de la Première Nation de Peepeekisis en Saskatchewan, il représente quatre guerriers autochtones, accompagnés de quatre guides spirituels : un loup, un ours, un wapiti et un bison. Au sommet de la statue se trouve un grand aigle aux ailes déployées, qui représente l’Oiseau-Tonnerre (le Créateur). L’Association nationale des anciens combattants autochtones a commandé le monument commémoratif et collecté des fonds pour financer sa création. L’ancienne gouverneure générale Adrienne Clarkson l’a dévoilé lors de la Journée nationale des Autochtones (aujourd’hui Journée nationale des peuples autochtones) en juin 2001. En temps normal, une cérémonie a lieu ici le 8 novembre, lors de la Journée des vétérans autochtones, mais les plans sont susceptibles de changer en 2020 en raison des restrictions liées à la pandémie.

Conseil : Lorsque vous prenez une photo du monument pendant les saisons plus chaudes, essayez de capturer les jolis parterres de fleurs qui l’entourent.

Hommage aux animaux de guerre

Des animaux aussi divers que des chevaux, des mules, des chiens et des pigeons voyageurs ont joué un rôle dans l’histoire militaire du Canada, en transportant des troupes et des messages, en flairant les bombes ou en aidant les médecins, par exemple. Ce monument commémoratif comprend des empreintes de pattes et de sabots en béton, ainsi qu’une statue de bronze grandeur nature représentant un chien portant un sac à dos médical semblable à ceux utilisés pendant la Première Guerre mondiale. L’artiste canadien David Clendining a créé le monument en 2012. Le Canada ayant fourni 50 000 chevaux pour soutenir la guerre des Boers, ce monument commémoratif a été installé à côté du Monument de la guerre des Boers.

Conseil : Apportez votre propre toutou (en laisse) à cet endroit charmant et accordez-vous un moment de réflexion.

Monument de la guerre des Boers

Ce monument commémore les 16 Ottaviens qui faisaient partie des 267 Canadiens morts pendant la guerre d’Afrique du Sud (1899-1902, également connue sous le nom de Seconde guerre des Boers ou simplement, guerre des Boers). Quelque 30 000 écoliers de la région ont payé le monument commémoratif en faisant don de quelques sous. Le monument, qui représente un soldat portant l’uniforme de l’époque, a été créé par le sculpteur Hamilton MacCarthy.

Conseil : MacCarthy a créé d’autres statues à Ottawa, dont celle de l’ancien premier ministre Alexander Mackenzie sur la Colline du Parlement.

Stèle à la mémoire des soldats de l’Armée polonaise de l’intérieur

En 1964, la Polish Home Army Ex-Servicemen’s Association of Canada a installé cette grande stèle pour rendre hommage aux 26 aviateurs canadiens qui sont morts dans un avion de l’Armée polonaise de l’intérieur pendant la Seconde Guerre mondiale. Une stèle plus petite a été ajoutée au monument commémoratif en 1993, lorsque les aviateurs ont reçu, à titre posthume, la croix de l’Armée polonaise de l’intérieur.

QUARTIER DU MARCHÉ BY

À quelques pas de la Colline du Parlement, un monument important est installé entre le quartier historique du marché By et le Musée des beaux-arts du Canada.

Réconciliation : Le Monument au maintien de la paix

Ce grand monument historique situé près du Musée des beaux-arts du Canada rend hommage aux gardiens de la paix du Canada, qui ont participé à de nombreuses opérations multinationales dans le monde entier. Il reconnaît également les efforts diplomatiques de Lester B. Pearson ayant aidé à résoudre la crise du canal de Suez dans les années 1950, pour lesquels il a reçu le prix Nobel de la paix en 1957.

Créé par une équipe de la Colombie-Britannique, dont le sculpteur Jack Harman, le monument a souvent été le lieu d’événements publics, notamment une cérémonie annuelle tenue pour marquer la Journée nationale des Gardiens de la paix (9 août). Les événements pourraient être réduits ou annulés en raison de la pandémie de COVID-19.

Conseil : Positionnez votre appareil photo de manière à capturer la Tour de la Paix, le Musée des beaux-arts du Canada ou la basilique-cathédrale Notre-Dame en arrière-plan.

PARC DES CHUTES-RIDEAU

À environ deux kilomètres au nord de la Colline du Parlement se trouve une belle chute d’eau flanquée d’un restaurant en terrasse, de la Société géographique royale du Canada et d’un joli parc urbain.

Monument national aux artilleurs

Le monument rend hommage aux membres du Régiment royal de l’Artillerie canadienne qui sont morts au service du Canada. Il comprend une grande muraille en granit rouge et une pièce d’artillerie d’époque. Dévoilé initialement dans le parc Major’s Hill en 1959, il a été déplacé à son emplacement actuel, dans le parc des Chutes-Rideau sur la promenade Sussex, en 1997.

Statue de John McCrae

En mémoire d’un ami tué pendant la deuxième bataille d’Ypres, le lieutenant-colonel John McCrae a écrit le poème « Au champ d’honneur » le 3 mai 1915. Exactement 100 ans plus tard, cette statue du médecin ayant participé à la Première Guerre mondiale a été dévoilée près du Monument national aux artilleurs. L’artiste canadienne Ruth Abernethy a créé cette pièce, qui représente McCrae en uniforme d’officier d’artillerie et entouré de coquelicots rouges, d’un arbre brûlé et d’un sac médical.

Mémorial d’Ottawa des forces aériennes du Commonwealth

La reine Elizabeth II a inauguré ce remarquable mémorial surplombant la rivière des Outaouais le 1er juillet 1959. Un grand globe de bronze est surmonté d’un aigle et encadré par des murs de calcaire gravés. Il rend hommage aux 809 membres des forces aériennes du Commonwealth basés en Amérique du Nord qui ont perdu la vie pendant la Seconde Guerre mondiale et qui n’ont pas de sépulture.

Monument Mackenzie-Papineau

Dans les années 1930, plus de 1 500 volontaires canadiens – dont le chirurgien pionnier Norman Bethune – se sont rendus en Espagne pour combattre les forces fascistes dirigées par Francisco Franco. La plupart étaient membres du bataillon Mackenzie-Papineau, nommé ainsi en l’honneur des deux hommes qui ont dirigé les rébellions de 1837 au Canada. Les pertes ont été élevées en Espagne. Selon certaines sources, moins de 50 volontaires canadiens ont survécu. En 2001, l’artiste de Sudbury Oryst Sawchuk a créé ce monument remarquable visant à commémorer les membres du bataillon, les « Mac-Paps ». Le monument montre le dieu grec Prométhée brandissant une main vers le ciel.

À L’OUEST DU CENTRE-VILLE

Monument de la Marine royale canadienne

Dévoilé par l’ancien premier ministre Stephen Harper en mai 2012, ce monument en forme de voile est situé à Richmond Landing, une petite péninsule qui s’avance dans la rivière des Outaouais juste à l’ouest de la Cour suprême du Canada. Il s’agit d’une escale agréable sur le Sentier de la capitale, un sentier polyvalent. Le monument riche en symboles, dont la boule d’or au sommet qui évoque à la fois le soleil et l’influence de la marine dans le monde, a été conçu par une équipe de trois personnes. L’endroit est aussi le point le plus à l’ouest de la rivière des Outaouais que les navires venus de l’océan Atlantique peuvent atteindre. En fin de journée, le soleil couchant baigne le monument, la rivière et la Colline du Parlement d’une lumière dorée.

Monument national de l’Holocauste

Inauguré en septembre 2017, ce monument troublant à la mémoire des six millions de Juifs et des innombrables autres victimes de l’Holocauste se dresse en face du Musée canadien de la guerre. Il s’agit d’une œuvre collective à laquelle le Studio Daniel Libeskind a participé. Sous le niveau du sol, on a aménagé six espaces triangulaires dans lesquels sont présentées des images de lieux où l’Holocauste s’est produit, créées par le photographe canadien Edward Burtynsky. Les triangles sont disposés de manière à former une grande étoile de David. On trouve également dans ces triangles une exposition didactique complète. Depuis la partie supérieure, une vue panoramique de la ville et de la Colline du Parlement vise à inspirer l’espoir. Une flamme du souvenir brûle dans un espace triangulaire haut de 14 mètres qui se prête à la réflexion.

Musée canadien de la guerre

Le Musée canadien de la guerre, qui date de 1880, a emménagé dans cet immeuble spectaculaire en 2005. La structure, signée par l’architecte Raymond Moriyama, surplombe la rivière des Outaouais et la chute des Chaudières. Avec son béton brut, ses planchers inclinés, ses lignes anguleuses et ses murs pour la plupart dégarnis, ce musée est délibérément austère et sobre. Il est également censé donner l’impression d’émerger naturellement du terrain vallonné et de la rivière en contrebas, un symbole de renaissance. Moriyama a également voulu évoquer la renaissance grâce à la conception écoénergétique de l’immeuble, fait de matériaux recyclés et surmonté d’un toit vert parsemé de pavots.

On y raconte l’histoire militaire du Canada sur plusieurs siècles à l’aide de véhicules, d’armes, d’uniformes et d’autres objets. On y trouve aussi des effets personnels émouvants, dont un petit ourson en peluche qu’un soldat de la Première Guerre mondiale a reçu de sa fille de 10 ans et qu’il a emporté au combat dans une de ses poches.

Dans le Salon d’honneur de la Légion royale canadienne, on trouve une exposition détaillée sur les nombreuses façons dont les Canadiens ont commémoré leur histoire militaire et leurs soldats. La Salle de la régénération est conçue pour amener les visiteurs à réfléchir en silence. Un autre lieu de commémoration, la Salle du souvenir, est actuellement fermé pour éviter la propagation de la COVID-19, et les événements du jour du Souvenir qui se déroulent traditionnellement au Musée passeront probablement en mode virtuel en 2020. Lorsque vous entrez et sortez du Musée, levez la tête : le long de la façade, vous verrez des fenêtres disposées de manière à former le message « Lest we forget/N’oublions jamais » en morse.

À L’EST DU CENTRE-VILLE

Cimetière Beechwood

Ce grand cimetière aménagé comme un parc est situé à quatre kilomètres à l’est de la Colline du Parlement. Il a été fondé en 1873. On y trouve depuis longtemps un secteur réservé aux anciens combattants qui ont porté l’uniforme canadien. En 2001, on a inauguré un nouveau secteur au Cimetière Beechwood : le Cimetière militaire national des Forces canadiennes. Une allée de briques qui traverse des jardins bien entretenus mène à un grand monument central flanqué de mâts de drapeau. De part et d’autre de l’allée, de longues rangées droites de modestes pierres tombales blanches marquent le lieu du dernier repos des nombreux anciens combattants qui y sont enterrés.

De nombreuses cérémonies et événements publics ont lieu au Cimetière Beechwood, notamment une grande cérémonie célébrée chaque jour du Souvenir (11 novembre). En 2020, cet événement se tiendra en ligne. Toutefois, des visites guidées gratuites sont toujours proposées le quatrième dimanche de chaque mois (inscription obligatoire). Pour obtenir de plus amples renseignements, consultez le calendrier des événements du cimetière.

Pour plus de renseignements sur ces lieux commémoratifs, entre autres, de la région d’Ottawa, consultez la page des Monuments sur le site de Patrimoine canadien.

Restez à jour

Soyez informé des événements à venir et trouvez des idées pour planifier votre prochain voyage à Ottawa avec des amis, en famille ou en solo en vous inscrivant au bulletin de Tourisme Ottawa.